Honoraires

Tout travail méritant salaire, la question des honoraires sera abordée, en toute transparence dès le 1er rendez-vous . Ceux-ci seront déterminés en fonction de la nature, de la difficulté de l'affaire et du temps consacré au traitement d'un tel dossier.

En conformité avec les règles déontologiques de la profession d'Avocat, une convention d'honoraires sera établie pour chaque mission confiée à Maître Christelle Schindler

Les honoraires pourront prendre différentes formes :


  • Au temps passé :

Le montant des honoraires sera établi en fonction du temps passé par l'avocat et de son tarif horaire.
Lorsque cette formule de rémunération est adoptée, Maître Christelle Schindler indique à son client le nombre prévisionnel d'heures nécessaires au traitement de son dossier et tient à sa disposition un décompte du temps consacré à son affaire.


  • au forfait :

Cette formule est généralement utilisée dans le cas où il n'existe peu d'aléa concernant le déroulement de la procédure, permettant donc au cabinet de convenir avec son client d'un montant forfaitaire pour l'ensemble du traitement du dossier.

Pour les entreprises, des abonnements annuels en matière de conseil et d'assistance pourront être proposés.

  •  de résultat :

Lorsque le cabinet et le client l'ont expressément prévu dans la convention d'honoraires, un complément de rémunération, basé sur l'obtention d'un résultat précis pour le client, peut venir s'ajouter à un honoraire « minimum », basé sur un forfait ou un quota d'heures. L'honoraire de résultat ne peut pas être le seul mode de rémunération de l'avocat.

Il convient de préciser que ce cabinet d'avocat accepte les dossiers d'aide juridictionnelle. 


Maître Christelle Schindler vous invitera à vous rapprocher de votre assurance afin de vérifier que vous ne bénéficiez pas d'une garantie de protection juridique qui pourrait prendre en charge tout ou partie de ses honoraires, dans la limite prévue par votre contrat d'assurance. Cette prise en charge par l'assurance protection juridique ne remet cependant pas en cause la liberté de choix de l'avocat par le client.